Skip to main content
Icônes de progrès
 

Linux

L’ère de l’innovation « libre »
IBM100 Linux iconic mark
 

À la fin des années quatre-vingt-dix, l’équipe d’IBM Software a commencé à s’intéresser au système d’exploitation Linux® en raison de sa capacité potentielle d’offrir une approche inédite pour le développement de logiciels d’entreprise stratégiques. Linux est un système d’exploitation « libre » (Open Source), développé non pas par une entreprise mais par des milliers de programmeurs qui collaborent à l’échelle internationale en investissant gratuitement leur temps et leurs efforts. Linux est mis gracieusement à la disposition de millions de personnes qui l’utilisent dans des milliards d’appareils et de systèmes. Il a démontré que les logiciels Open Source pouvaient être aussi robustes que les logiciels développés selon les méthodes classiques.

Linux a reçu une puissante impulsion en 2000, quand IBM a annoncé sa décision d’inclure ce système d’exploitation dans sa stratégie de systèmes. Un an plus tard, IBM a investi 1 milliard de dollars pour soutenir le mouvement Linux, incluant Linux dans les plates-formes d’exploitation de ses serveurs et de ses logiciels. L’initiative d’IBM a retenu l’attention des chefs d’entreprise et des responsables informatiques du monde entier et contribué à la diffusion de Linux dans le monde professionnel.
En 1991, Linus Torvalds, diplômé de l’université d’Helsinki, a publié sur Internet un projet qu’il menait pour le plaisir : un système d’exploitation en phase précoce baptisé « Linux » doté d’un noyau stable et opérationnel. Linus Torvalds a publié le code source de Linux pour que d’autres programmeurs puissent examiner le fonctionnement interne du noyau et donner leur avis. Il pensait qu’une dizaine de personnes pourraient être intéressées. Deux ans plus tard, en 1993, des centaines de programmeurs (dont un bon nombre d’IBMers) travaillaient au développement de Linux durant leur temps libre, et des entreprises telles que SuSE et Red Hat assuraient la commercialisation et le support des logiciels Linux.
À la fin des années quatre-vingt-dix, Linux était presque assez performant pour piloter des serveurs de gros volumes – et il était gratuit. Sam Palmisano, alors Senior Vice President d’IBM, a raconté au retour d’une tournée internationale de sociétés Internet que les jeunes programmeurs n’avaient pas arrêté de lui parler de Linux. De même, Irving Wladawksy-Berger, responsable de la stratégie Internet d’IBM, entendait beaucoup parler de Linux. IBM a commandité une étude interne qui a débouché sur un plan d’utilisation de Linux pour développer des modes d’innovation inédits et impulser un nouveau mouvement axé sur l’ouverture, la qualité, les performances et la sécurité. Irving Wladawsky-Berger et Sam Palmisano ont soutenu ce plan et ont convaincu Lou Gerstner, le Président d’IBM, de miser sur la puissance de « l’innovation ouverte ». L’adoption de Linux en tant que système d’exploitation ouvert d’IBM pouvait sembler un énorme pari, risqué et contraire à la culture dominante. Pourtant, « Linux était exactement ce dont nous avions besoin », devait déclarer par la suite Irving Wladawsky-Berger. Avec le temps, il est devenu évident que cette décision, loin d’aller à contre-courant, constituait une avancée majeure dans le sens de la nouvelle culture qui allait s’imposer.
En janvier 2000, IBM a annoncé l’adoption de Linux et sa prise en charge par les serveurs, les logiciels et les services IBM. La compagnie allait, en outre, fournir un soutien décisif à Linux en apportant d’importantes ressources à la communauté afin de contribuer à l’amélioration du système d’exploitation – plus précisément, de le rendre suffisamment performant pour les applications d’entreprise – et d’assurer sa crédibilité sur le marché informatique et auprès des clients. Montant de l’investissement : 1 milliard de dollars.
En intégrant directement ses développeurs dans les communautés Linux, IBM a engagé les développements Linux de façon naturelle – à travers un ensemble d’individus plutôt que comme une organisation lourde et monolithique. IBM a compris que son implication devait reposer sur l’influence, et non sur le contrôle, et a adopté l’esprit d’ouverture de la communauté Linux, bénéficiant ainsi de la sagesse du plus grand nombre.
Aujourd’hui, en 2011, Linux est une composante essentielle de l’activité d’IBM : il est profondément ancré dans les matériels, les logiciels, les services et les développements internes. Il est présent à tous les niveaux de la compagnie – opérationnel, géographique et applicatif – et son utilisation se renforce sans cesse. Le succès présent et futur d’IBM est inextricablement lié à la croissance et à l’expansion de Linux.
Linux semble omniprésent. Des technologies courantes telles que les téléphones mobiles et les consoles de jeu vidéo aux applications high-tech comme les serveurs d’entreprise et les supercalculateurs, Linux fournit dans le monde entier un système d’exploitation souple, stable, hautement sécurisé et économique. IBM continuera à développer des technologies et des services pour accompagner la pénétration de Linux dans les entreprises, dans les administrations et dans la société en général, en contribuant à l’amélioration de ce système d’exploitation pour qu’il répondre aux besoins futurs.